Taux horaires : pourquoi ça ne veut rien dire.

Comparaison taux horaire

L’expérience

Bien que certaines entreprises offrent une tarification différente selon le degré de séniorité de l’employé, ce n’est pas au client à choisir son niveau de qualité. On ne nous propose pas une échelle de prix selon l’expérience du dentiste ou du mécanicien. Et pour ceux qui ont une tarification unique, ils ne doivent pas être pénalisés selon le nombre d’années d’ancienneté de leur personnel. De plus, comme les tarifs sont généralement augmentés à chaque année, une agence établie depuis plus longtemps aura toujours un tarif supérieur à un nouveau joueur sur le marché, sans nécessairement offrir une valeur ajoutée.

L’efficacité

Le principal problème du taux horaire est qu’il pénalise l’efficacité du travail. Un infographe maîtrisant tous les outils mis à sa disposition réalisera une mise en page beaucoup plus rapidement que son collègue. Grâce à de la formation continue, de l’automatisation, des scripts et de la standardisation, les gains en efficacité ne doivent pas nuire à la rentabilité de l’entreprise. Au contraire, le produit fini est de bien meilleure qualité (uniformité des styles).

Coût de revient

Une des méthodes les plus fréquemment utilisées pour calculer le taux horaire et de se baser sur le coût de revient de l’entreprise et d’ajouter une marge de profit. Cependant, le coût de revient peut varier grandement d’une agence à l’autre. Aujourd’hui, il est possible d’avoir des bureaux virtuels, des espaces de coworking ou même de favoriser le télétravail pour ses graphistes. La rémunération des employés peut être tout aussi variable d’une entreprise à l’autre (avantages sociaux, ancienneté, flexibilité, bonifications, …) Tous ces éléments font grandement varier les frais fixes de l’entreprise, et par conséquent le coût de revient. Une entreprise plus agile et créative au niveau de son modèle d’affaires ne peut pas se comparer à une entreprise plus traditionnelle.

«Comparer des taux horaires, c’est comparer des pommes à des oranges»

Quel temps facturer?

Au-delà du taux horaire, qu’est-ce qui vous est facturé? En plus de la production, certaines agences de publicité vont facturer du temps de gestion, de réunions, de relecture et de recherche. D’autres vont inclure ces services dans les coûts de production. Le montant total sur votre facture peut ainsi grandement varier.

La créativité

Finalement, peut-on réellement mesurer et quantifier la créativité? Combien de temps ça prend pour avoir une idée de logo? Et un concept original pour une publicité? On dit souvent que l’inspiration peut venir n’importe quand et c’est vrai. Doit-on pour autant facturer le temps qu’un graphiste pense à votre projet lorsqu’il est chez lui? Une idée géniale peut survenir après seulement 1h alors que nous pouvons avoir l’impression de tourner en rond avec d’autres mandats. La tarification ne doit donc pas varier selon la créativité de l’équipe.

En conclusion

Le taux horaire n’est donc pas la meilleure façon d’évaluer la qualité du service rendu, et encore moins le coût total de votre projet. Comparer des taux horaires, c’est comparer des pommes à des oranges. L’alternative est de comparer des prix fixes (montants forfaitaires) pour mieux évaluer les options possibles. Quelle est donc son utilité? Le taux horaire permet de se situer dans le marché et la valeur perçue du service est souvent évaluée à partir de ce prix. Aussi, afficher le tarif horaire en vigueur dans une soumission permet d’éviter les surprises lors de la facturation pour les demandes qui sont à l’extérieur du mandat (corrections supplémentaires, nouveaux concepts, ajout de services, etc.) Finalement, une fois la relation établie avec un client récurrent, il peut être plus simple et avantageux (pour le client et l’agence) de simplement facturer le travail effectué au cours du dernier mois à un tarif horaire établi.

Contenu original; http://pro-actif.ca/graphisme-infographie/taux-horaires-graphistes-infographes/